Tapez et validez pour rechercher

Sud Raids Aventures

Sorties

La gazette de Roumanie

LES PHOTOS

Dimanche 28 juillet

Nous voilà arrivés à Arad !

Nous sommes partis samedi de Mazan, bien avant l’aube et avons roulé, roulé et encore roulé pour avaler les 1650 km de liaison qui nous ont amené à Arad, frontière ouest de la Roumanie, après une étape sympathique en Slovénie.

 

La route s’est bien passée, l’hôtel Phoenix nous accueille et les concurrents arrivent tranquillement. La plupart des équipages ont flanné en route, villégiaturant au grès de leurs envies. Ici, la température est aussi très élevée, montant à 38 °c. Stéphane et Laurence qui voyagent avec Pierre et Julie (7 et 12 ans) ont un peu souffert de la chaleur, leur climatisation sera réparée demain.

Les GPS sont chargés mais les road-book réservent encore leurs secrets … Yves va nous dévoiler les premières recommandations bientôt.

Les deux premières étapes du raid Dunari vont nous emmener en forêt, parfois au bord de la rivière Mures, sur les pistes forestières qui sillonnent les Monts Apunési, mais aussi sur les petites routes de la Transylvanie du Sud, nous dévoilant les premiers monastères, très nombreux tout au long du parcours. Nous passerons les deux soirées en bivouac (donc probablement sans connexion) et serons mercredi soir dans la ville de Bran, au pied du château de Dracula … Programme intéressant, frissons garantis !

A bientôt pour la suite …

Mercredi 31 juillet

Voici un petit résumé des trois premières étapes qui ont acheminé le Raid Dunari en Roumanie profonde.

Lundi 29, nous avons quitté Arad où tout le monde a pu faire quelques courses en vue des deux bivouacs successifs. Un premier arrêt devant le monastère de Lipova, en cours de rénovation, a permis un regroupement et la visite pour les intéressés. La piste est devenue très chaude et poussièreuse dans la vallée de Mures, chacun a organisé son pique-nique en cherchant le meilleur arbre … le thermomètre est monté à 40,5 °, grosse fièvre ! Surtout dans le HDJ de Stéphane et Laurence dont la climatisation n’a pu être réparée, mais, heureusement les enfants prennent patience. La journée s’est terminée par la traversée de la ville de Résita et l’installation, après quelques kilomètres en forêt, de notre premier bivouac, au bord de la rivière Sarzava, où la cohabitation avec les vaches et les chevaux roumains s’est bien passée ! L’apéritf de bienvenue a été apprécié par tous, ouvrant les premières discussions.

Feu de camp et grillades ont ponctué la soirée.

Hier, mardi 30, la piste nous a fait traverser le Parc National «  Semenic Cheile Carasului », où la densité de la forêt nous a fait perdre le soleil et a énervé les connexions satellites des GPS ! Soudain, dans une descente étroite, une surprise nous attendait : un gros fagot de troncs d’arbres enchevétrés et tombés sur la piste, nous barrait le passage ! L’ensemble des 4×4 se’est retrouvé bloqué, chacun a sorti scie et hache pour attaquer le Mikado géant ! Pour ponctuer l’anecdote, un orage grondait et nous a rincé d’une averse copieuse ! Le passage a été ouvert et tout le monde s’est faufilé entre les troncs. La pluie a ensuite accompagné le raid toute la matinée et la pause de mi-journée a dû être bien calculée par chacun pour ne pas trop se mouiller. La remontée des gorges de Cerna nous a fait traverser la station thermale Baïle Herculanet, très touristique. Mais les surprises n’étaient pas terminées … un arbre énorme est tombé en travers de la piste, en équilibre contre le talus, empéchant le passage des véhicules de plus de 2 m, comme la plupart de nos 4×4. Jack et Jeanne, avec leur DMAX, ont franchi l’obstacle sans souci et ont soutenu les copains bloqués de l’autre côté. En effet, le gabarit de l’Hilux de Guy et Annie posait un petit problème. Chacun a sorti, à nouveau, scies pour couper les branches basses et pelles pour élargir le passage du côté du talus. Le tronc était vraiment beaucoup trop gros … Une tentative de treuillage n’a pas été productive. Finalement, le talus a été bien entaillé, le tronc relevé par des crics, les roues de Guy dégonflées complètement et après 45 mn d’efforts communs, la progression a été possible au grand soulagement de tous … soulagement de courte durée car, 1 km plus loin : nouvel obstacle ! Et …nouvelle riposte conjointe, jamais deux sans trois, n’est-ce pas ? On n’était qu’à 12 km du bivouac mais le temps passait … finalemant, nous avons atteint le point GPS B66, fin de cette deuxième étape mouvementée, à 20 h 15 ! Juste le temps de s’installer avant la nuit.

Le bivouac, très bien placé en bordure de rivière a eu des voisins bruyants avec un groupe de vacanciers installés dans la maison forestière toute proche. Ambiance musicale jusque tard dans la nuit …

Et aujourd’hui, Yves a donné ses conseils pour cette Troisième journée qui se sont lancés dans la descente des très belles gorges de la Birstita, dans la direction de Targu Jiu que nous avons traversée sans problème. Mais pour conjurer le mauvais sort et, éventuellement, déjouer les mauvaises blagues de la nature, Yves et Daniel ont fait l’acquisition d’une tronçonneuse … on ne sait jamais !

Certains se sont arrêtés visiter le très beau monastère de Polovragi avant de poursuivre par l’ascension d’un joli col à 1625 m, aux pentes chargées d’une forêt de sapins géants. De nombreux animaux ont été aperçus depuis le début de cette aventure : des chevaux, vaches, cochons, chèvres et moutons, écureils, de nombreuses poules, oies et dindons, un cerf et des biches. Allons-nous apercevoir un ours ? Peut-être …

Après une incursion en Valachie, à Curtea des Arges, on est remontés vers les Monts Faragas et la Transylvanie.

La liaison vers Bran s’est bien passé, site touristique, connu pour son célèbre château que nous visiterons demain. L’installation à la pension Belvédère a enchanté tout le monde.

A bientôt pour d’autres nouvelles.

Jeudi 1er août

Après un accueil chaleureux à la pension Belvédère, les concurrents sont partis à l’assaut du château de Bran, le plus célèbre de Roumanie. On a appris qu’il fut construit au XIII ème siècle, pour des stratégies militaires, rénové à plusieurs reprises avant de devenir, en 1920, la résidence secondaire de la reine Marie. Il a été associé à la légende de Vlad Tepes, dit Dracula, car il y aurait séjourné … Evidemment, nous avons nous aussi, entretenu le mythe en empruntant les sombres passages secrets du Prince des Carpates … Le château, très joli de l’extérieur, avec ses tourelles, nous a fait découvrir des meubles anciens, costumes d’époque, armes, armures et quelques instruments de torture, comme un « fauteuil perforant » … Aïe !

L’itinéraire nous a ensuite fait traverser la très belle ville de Brasov que certains sont allés arpenter. La dégustation de « kurtos », gâteau roulé sur un tourne-broche et cuit sur les braises a sucré une petite pause café. Les villages traversés sont presque tous pourvus d’une église orthodoxe ou d’un monastère couronné de coupoles. De nombreux puits sont disposés devant les maisons, protégés par des petites chapelles. Les charettes que nous avons croisées, ou doublées, étaient pour la plupart tirées par des chevaux au licol orné de pompons rouges, d’autres par des bœufs massifs.

L’étape se poursuit par la descente dans le Sud des Carpates, à travers des vallons percés de nombreux puits de pétrole dont le balancier confirme l’exploitation. Puis, par la visite, près de Berca, du site Volcani Noroiosic, insolite, avec ses cratères volcaniques remplis d’une boue argileuse froide d’où s’échappent des gaz en bouillonnements réguliers.

La journée s’est terminée vers 19 h, par l’arrivée à Sarata Montéorou, station thermale animée, où la pension Olga nous ouvre ses portes.

Certains ont bien apprécié la piscine…

Vendredi 2 août, étape 5

Après un repas gastronomique hier soir, sur la terrasse où l’ambiance était joyeuse, une petite nuit de sommeil et un petit déjeuner aux couleurs locales, tout le monde a pris la route de Buzau et une longue liaison par la route nationale vers Braïla, à travers des grandes plaines de cultures de maïs à perte de vue et une zone de forages pétroliers.

A Galati, ville industrielle, le raid a pris la légitimité de son nom : nous avons traversé le Dunari (= Danube en Roumain) au moyen d’un bac qui a chargé véhicules et piétons pour traverser le fleuve. Ensuite, nous avons longé le courant, en roulant sur une digue étroite, en terre, à 6m de hauteur et le tout sur 50 km ! La prudence était de rigueur ! Sur l’autre rive, l’Ukraine, ses usines et raffineries. Nous avons aperçu de nombreux oiseaux : hérons, aigrettes et cigognes.

Le dernier tronçon de piste nous a emmené à travers de grands champs de maïs et de tournesols asséchés avant de tomber sur un bataillon d’éoliennes aux hélices somnolentes. Un final avec un enchainement de changements de direction a demandé l’attention de chacun. La chaleur est revenue après la fraîcheur des étapes en forêt et la piscine de la pension Sharaiman fut la bienvenue.

Le delta est tout proche, une excursion en bateau sur les canaux et jusque dans la mer Noire s’organise pour demain, nous vous raconterons …

Samedi 3 août : tourisme !

Ce matin le groupe est parti découvrir le Dunari, ses canaux, sa faune, son delta jusquà la mer Noire. Nous avons embarqué sur 3 bateaux à moteur pour nous laisser déposer à Sfântu Gheorghe, dernier village de pêcheurs, au bout du bras Sud du Danube, tout près de la rencontre du fleuve et de la mer. Nous sommes allés nous baigner dans la mer Noire, à 2 km, elle était chaude, très agréable, avec un peu d’algues microscopiques en suspension qui lui donnaient une couleur plus verte que noire ! Un sable gris clair, très fin. Des vaches et des chevaux se promenaient sur la plage. Nous avons pu observer un grand nombre de canards, en vols strucurés, beaucoup d’aigrettes et toutes sortes d’oiseaux, beaucoup de coquillages et crevettes.

Nous avons retrouvé nos bateaux à l’embarcadère et sur le retour, nos pilotes nous ont fait découvrir quelques surprises : ils ont emprunté des canaux adjacents, dans la réserve ornithologique où on a progressé lentement et sans bruit, puis les bateaux ont glissé dans un grand champ de plantes aquatiques, sorte de nénuphars, nos guides en ont cueilli quelques poignées et nous ont montré des fruits, situés dans les racines, sur la partie immergée, que nous avons goûttés en leur trouvant une saveur noisette insolite. Ensuite, nous avons pu profiter de l’esprit taquin de nos pilotes qui ont fait des pointes de vitesse, nous faisant sauter dans les vagues, jouant d’un bateau à l’autre.

Bonne humeur, bonne ambiance dans un site remarquable.

Demain, le raid s’éloigne du Danube et passe la frontière Bulgare, où les deux prochaines étapes se clôtureront sur un bivouac.

La connexion est donc peu probable …

Dimanche 4 août

On a roulé à travers la plaine fertile du delta où il y a quantité d’oiseaux et … d’insectes, de grandes étendues de maïs, tournesols et roseaux. Les modifications dans les cultures depuis les recos ont rendu le point F17 un peu confidentiel … après une séance de jardinage entre les champs tout le monde s’est bien recalé au F20. La piste nous a emmené sur les berges du « Lacul Razim », lac lagunaire qui communique avec la mer Noire par un tout petit estuaire, son eau est d’ailleurs douce et abrite quantité de grenouilles. Ensuite, route plein-Sud vers Constanta puis bifurcation vers l’Ouest pour passer en Bulgarie où l’écriture cyrillique nous a dit un « bienvenue » très bizarre !

Après une quarantaine de km, nous sommes arrivés près de Varna où le bivouac a été installé en lisière d’un petit bois qui nous a offert la matière première pour un feu de camp géant, alimenté et surveillé par Hervé, Gérard et Alain.

Lundi 5 août

Départ tranquille au milieu des champs de tournesols éclatants et un premier arrêt au site insolite de « Pobiti Kamani » ou « forêt pétrifiée » qui nous a fait découvrir ses pierres plantées. Surprenant ! L’ensemble des équipages s’est aussi retrouvé au village de Madara pour admirer les sculptures sur la falaise (un cavalier qui vise un lion, suivi d’un chien. Scultures réalisées au Xème siècle, sur une falaise calcaire). Yves et Patrick ont réparé les freins du 95 de Robert et Geneviève qui se bloquaient. Le début d’après-midi nous a fait progresser sur des pistes forestières, aux sous-bois très denses où la végétation a arraché des cris de douleurs à nos carrosseries. Yves nous avait prévenu … On a constaté ! Une grosse pierre mal placée a aussi torturé les jantes et les pneus de Gérard et Geneviève.

Puis, un joli coin de bivouac, en bordure de rivière, nous attendait à l’issue de l’étape. Il faisait encore autour de 30 °, malgré les 800 m d’altitude. Un apéritif commun, une soirée éclairée par un grand feu de camp, des spirales et autres répulsifs, de bonnes chaussures et chaussettes … il fallait tout pour combattre moustiques sanguinaires et autres bébettes piquantes !

Certains ont pêché les écrevisses rescapées du bivouac fait ici l’an dernier pour les recos, et les ont également relâchées … Longue vie aux écrevisses bulgares !

Mardi 6 août

A nouveau, la piste s’est enfoncée dans des sous-bois très touffus, à la végatation luxuriante, puis s’est découverte sur des parties forestières plus dégagées où nous avons vu de nombreux pièges qui nous semblaient de grande taille pour des sangliers, peut-être sont-ils fabriqués pour les ours ?

Des petites routes, entrecoupées de jolis tronçons de piste nous ont amené à Tryavna, petite ville touristique au charme romantique où nous avons visité des monuments très bien conservés, comme le musée de sculpture sur bois, avec ses plafonds, colonnes, véranda et bustes royaux, entièrement sculptés dans le bois. Certains ont arpenté les rues commerçantes, d’autres plutôt les monuments et églises pendant que le reste du groupe est allé vérifié le confort et la climatisation des chambres de l’hôtel.

Voilà, donc encore une journée bien agréable. Demain, nous continuerons à nous enfoncer en Bulgarie et l’étape se terminera à nouveau par un bivouac en forêt, nous profitons de la connexion de ce soir pour un grand bonjour aux familles et amis qui nous suivent.

A bientôt !

Mercredi 7 août

Dans les premiers km, le monastère de Sokoloski nous a dévoilé la beauté de ses fresques, de ses icônes et de ses jardins très bien entretenus. Un petit cafouillage dans le road-book … et tout le monde s’est bien recalé au Monument de la Liberté. Puis un second monastère a attiré notre attention, très beau lui aussi. Ensuite, nous nous sommes enfoncés en forêt sur la « piste des ours », là où l’an dernier, 3 ours avaient été apercçus. On a ouvert l’oeil … mais rien ! Enfin, quand même plein d’animaux : chevreuils, cerfs, biches, écureuils et traces de sangliers. La piste nous a fait traverser le Parc National Central des Balkans, par une longue montée trialisante qui a imposé une progression lente, sur vitesses courtes, pendant 7 km. La dextérité des pilotes a été récompensée par une vue magnifique sur la forêt, à la cîme du col « Okrug Stara » à 1575 m d’altitude. Magique vue panoramique. La descente a été un peu plus roulante et nous a rassemblé, après quelques km de liaison au bord d’une rivière au nom impronnonçable où chacun a installé son bivouac.

Tout le monde était un peu fatigué, le feu de camp et la musique auprès du Patrol d’Alain ont quand même illuminé la soirée.

Jeudi 8 août

La 10 ème étape a débuté par la remontée de la rivière sur une piste poussièreuse et très peu roulante, dans des jolis sous-bois de noisetiers et de fougères géantes. Très sauvage, mais nous avons seulement progressé de 30 km en 2 h ! Puis un petit retour à la civilisation avec la traversée de la grande ville de Samokov nous a ramené dans la circulation urbaine avant de reprendre une piste forestière qui a très mal vieilli depuis les recos et qui s’est à son tour révélée trialisante. Une descente encore très technique a tenu les pilotes en concentration, avec en point de vue, la vallée céréalière de Saprevo.

Et nous sommes entrés dans la petite ville de Rila où le complexe Plavis et ses bungalows nous attendait. Yves est intervenu sur le Mercedes de Henri et Marie-Thérèse qui souffrait d’une fuite au boîtier de direction pendant que nous sommes partis en ville à la recherche d’un soudeur … la patte de fixation du tirant de pont arrachée … Réparation effectuée par un Bulgare sympa, échange de rosé provençal contre vin rouge de sa fabrication personnelle ! Viva Bulgaria !

Vendredi 9 août

La journée a démarré par la visite du Monastère de Rila, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco, le plus beau monastère du pays. Même les plus réfractaires du groupe ont apprécié la beauté , la grandeur et la spiritualité de ce site très bien conservé. Avec Yves, nous sommes même allés découvrir le musée historique dans une aile du monument, très intéressant.

Puis nous avons repris le road-book qui nous a dirigé vers de jolis points de vue, par des ascensions toujours un peu lentes mais sans difficultés particulières. Un passage à travers une pinède a retenu l’attention de la plupârt des équipages pour une pause pique-nique très agréable. Cueillette de mures et mirabelles pour le dessert. Puis une dernière descente sur les pistes bulgares nous a rapproché de la Macédoine, mais 12 km avant la frontière, avarie sévère sur le Toy 120 de Joël et Christiane … mauvaise fumée … bruit inquiétant … sombre diagnostic … les mécanos sont très pessimistes pour le moteur. Malheureusement, le Raid s’est arrêté pour l’équipe à Jojo que nous avons découvert et apprécié. Nous les avons remorqué jusqu’à la ville de Zhilentsi où la procédure d’assistance a été déclanchée. Nous espérons retrouver Joël et Christiane bientôt, leur gentillesse va nous manquer, et plus encore à Robert et Geneviève qui avait particulièrement sympathisé et formé un binome agréable. Bon courage ! On les a quittés à regret, le Dunari continue …

Nous avons repris la route pour franchir la frontière où nous avons gagné 1 heure. Les premières pistes de Macédoine nous ont amené à nouveau sur les hauteurs des Balkans. Nous avons découvert le point de bivouac après un passage vallonné qui s’est ouvert sur une grande prairie où un feu de camp a été dressé. Dans notre équipe de 3 voitures, nous avons accompagné nos grillades d’une ratatouille- macédonienne pour laquelle nous allons déposer une brevet culinaire !

Musique et bonne ambiance devant la magie du feu !

Samedi 10 août

Le bivouac s’est réveillé au lever du soleil sur les vallons environnants, à 1500 m d’altitude. Nous étions à 60 km au Nord Est de Skopje. De jolies pistes en crête nous ont dévoilé les dernières collines Macédoniennes avant de franchir la frontière Serbe en début de matinée. Plusieurs équipages ont ensuite établi leur pique-nique sur les berges du lac Vlasinsko Jez. L’après-midi, une liaison routière nous a déposé à la guinguette de Zeleni Rajtel où nous avons été reçus comme des rois. Une petite inquiétude titillait Yves car le patron ne parlait ni Français, ni Anglais, la communication s’annonçait difficile mais sur place nous avons eu l’agréable surprise de tomber sur un couple de Franco- Serbes, en vacances, qui ont servi d’interprètes avec beaucoup de sympathie et même aidé au service avec leurs propres amis ! Grand merci à Alex et Marina à qui nous souhaitons de bonnes vacances. Ce qui devait être un bivouac s’est transformé en soirée sympa avec spécialités Serbes et même le confort des douches ! Liqueur de coing artisanale pour l’apéritif !

Dimanche 11 août

La piste matinale nous a amené à travers les vergers et les petits villages du Nord-Ouest Serbe. Nous avons encore remarqué quelques portails décorés de rubans, signe du mariage de la fille de la maison (merci à Alex pour l’explication!) Puis nous avons traversé le massif de Zeljin par des petites routes, les sources et les vergers sont nombreux. Les commerçants rencontrés sont tous très accueillants et serviables, au bord des routes, les mains s’agitent sur notre passage. En début d’après-midi nous avons traversé la grande ville industrielle de Novi Pazar aux mosquées modernes ; Nous avons contourné le Kosovo par le Nord pour entrer au Monténégro vers 16 h, en surplombant les gorges de l’Ibar. Nous sommes descendus à travers les « montagnes noires » vers Plav, où le magnifique hôtel « Etho Lemo » avec son ponton au bord du lac nous a dévoilé son charme et sa douceur de vivre.

Attention, c’est tellement mignon que certains pourraient ne pas prendre le départ demain matin !

Nous avons eu des nouvelles de notre équipage malchanceux qui est rentré en France par avion, leur 4×4 sera rapatrié dans quelques jours. Grosses bises de la part de tout le groupe à Christiane et joël.

Bon retour à Laurence qui  laisse sa petite famille continuer le raid et rentre en France retrouver sa vie professionnelle, bon courage !

A bientôt !

Lundi 12 août

Au petit matin, un brouillard épais enveloppait l’hôtel d’un voile de coton qui nous a privé d’une dernière vue sur le lac avant de quitter Plav. Une jolie piste nous a fait progresser à travers le Parc National Biograsca Gora aux crêtes couvertes de myrtilles. En début d’après-midi nous sommes entrés dans le Parc National Durmitor, après avoir surplombé les gorges profondes de la rivière Tara et admiré le magnifique pont qui enjambe le canyon. Un petit goudron nous a amené en altitude, sous les télésièges de la station de ski de Saving Kuk puis une belle piste très roulante a permis aux pilotes de se lâcher un peu pour se laisser aller à une conduite plus sportive. Et enfin, un dernier tronçon de piste a cloturé cette belle étape au point de bivouac, dans une clairière, au pied de sapins centenaires.

Ce fut une soirée doublement spéciale : notre dernier bivouac en forêt et l’anniversaire de mariage de Marie-Thérèse et Henri qui ont fêté avec nous leurs Noces d’Or ! Ils nous ont préparé un buffet gourmand et offert du champagne qui a fait les 5 000 km dans les coffres du Mercedes. Des petits cadeaux ont été offerts par les différents équipages comme une superbe boule à neige, des petites bougies et un tire-bouchon ! L’équipe des « cellules », c’est à dire, les pick-up de Guy et Annie, de Jack et Jeanne et le Land de Joël et Catherine, ont même personnalisé le texte de la célèbre chanson « J’me présente, je m’appelle Henri … » à l’attention de nos deux tourtereaux, à qui nous souhaitons encore de belles années de bonheur.

Une sympathique soirée dansante autour d’un immense feu de camp sous les étoiles monténégrines !

Mardi 13 août

La température extérieure de 4 °c et l’humidité ne nous donnaient pas envie de sortir des duvets, mais le le lever du jour et les rayons de soleil illuminant le camp nous ont décidé à bouger. La température est vite montée et le road-book nous a gâté de jolis points de vue sur le canyon Susice, on pourrait même dire « suicide » tellement les « à pic » sont impressionnants ! Le Nord-Est du Monténégro, tout près de la frontière Bosniaque est vraiment très beau, le Parc Durmitor dont le sommet culmine à 2500 m, regorge de petits hameaux typiques, lovés au creux de jolis vallons. Nous avons emprunté une petite route qui serpente entre les pâturages, saluant au passage, moutons, vaches et randonneurs !

La dernière piste du raid s’est refusée à nous, un ébouli empêchant le passage, nous l’avons contournée par quelques km de route. Puis la descente vers Cevo, et toujours plein Sud, vers la mer, s’est effectuée à un bon rythme.

Tout à coup, au détour d’un lacet : la majestueuse baie de Kotor s’est offerte à nous, magique ! La vue du haut de la dernière colline, à encore 1000 m d’altitude est époustouflante ! La descente de la route serpentine et ses 25 virages numérotés nous a, à chaque épingle, dévoilé un peu plus la vue sur la magnifique baie. Vraiment, grande sensation !

Nous sommes ce soir à l’hôtel «  Splendido », les pieds dans l’Adriatique où nous nous sommes jetés avec grand plaisir ! Très dur, ce raid !

Demain, le raid prendra la route de la Croatie, avec la visite de Dubrovnic puis une remontée au Nord vers le parc Plitvika Jezera que nous visiterons Jeudi.

Si la connexion le permet, nous vous raconterons !

Mercredi 14 août

Les premiers ont pris le départ vers 7 h 30, en suivant la route de la corniche au cœur de la magnifique baie de Kotor, longeant la mer, très claire, jusqu’au ferry qui nous a fait traverser l’anse la plus à l’Est pour reprendre le road-book et longer le littoral jusqu’à Dubrovnik, après avoir franchi la frontière Croate. Nous avons dit « bye-bye » au Monténégro, à regrets, car ce petit pays nous a tous séduits par la beauté de ses paysages et la sympathie de ses habitants. Depuis les hauteurs de la route méridionale, nous avons soudain aperçu les tuiles rouges et les remparts de la « perle de l’Adriatique », en même temps, nous nous sommes sentis assaillis par la circulation urbaine, le choc fut violent après nos 17 jours quasiment en autarcie ! Les équipages ont bravé la foule et se sont immergés dans la masse pour visiter la cité Dalmate, ses monuments, sa vieille ville chargée d’histoire et ses petites rues. Ensuite, l’étape s’est poursuivie par une remontée vers le Nord, en suivant la côte escarpée, admirant au passage la dentelle des nombreuses îles Croates, jusqu’au niveau de Split, après une petite incursion en Bosnie.

L’arrivée au camping Borje, dans la région de Plitvice, entre Bosnie et Slovénie, a rassemblé tout le groupe autour d’un dernier apéritif en commun, où les échanges d’impressions, de commentaires, de photos et d’adresses ont cloturé cette épopée.

Les chansons ont fusé, merci aux poètes qui se reconnaîtront !

Jeudi 15 août

La dernière journée du Raid fut consacrée à la visite du Parc Naturel de Plitvica Jezera et ses magnifiques lacs qui se déversent les uns dans les autres par de nombreuses cascades. Ce site, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco, nous a lui aussi séduit par sa beauté.

Chacun effectuant la viste à son rythme et selon ses envies, les « au revoir » ont été fait au départ du camping, moment émouvant de la séparation.

Grand merci aux équipes des reconnaissances de Yves avec SRA et de Christian de Sud Expé, le parcours était très varié, alternant de façon gréable pistes techniques, parties plus roulantes, liaisons routières indispensables, visites culturelles, panoramas magnifiques, hôtels douillets et bivouacs magiques ! Personne n’oubliera la digue le long du Dunari, le delta, les forêts des Carpates et des Balkans, les pistes en crête de Macédoine, la traversée de la Serbie et du Monténégro, la fabuleuse découverte de la baie de Kotor, Dubrovnik et ses remparts et le final au bord des lacs fluorescents de Plitvice.

Un joli raid, riche en sensations.

Merci aussi à tous les équipages qui ont, par leur bonne humeur, leur esprit de camaraderie et d’entraide, contribué à la réussite de cettte jolie immersion en Europe de l’Est.

Bonne route à tous pour le retour et à bientôt pour d’autres aventures.

Partager :

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUD RAIDS AVENTURES
2922, Route de St-Pierre de Vassols 84380 MAZAN
Siret 489 997 171 00017 – Agrément de la jeunesse et des sports 842006-13
www.sra-assistance.org
Tél : +33 6 12 44 57 40
Nous écrire

Phasellus adipiscing justo amet, dapibus non neque. vulputate, ut ut risus