La gazette du Raid Passion Désert

Les photos

 

 

Dimanche 7 mai

Les applaudissements ont fusé hier soir, autant pour les équipages que pour les membres de l’organisation. Le classement a été dévoilé donnant, pour les six premiers de chaque catégorie :

4x4 :

  • 1er : le 418 MEDINA Olivier

  • 2ème : le 406 CIMETA Lionel et RANDAZZINI Jean-Michel

  • 3ème : le 410 DEDIEU Christophe et DEDIEU Thierry

  • 4ème : le 409 GANDRY  Hubert et GRABAREK Anne-Barbara

  • 5ème : le 434 CALVET Christian

  • 6ème : le 420 DIAZ Alain et PEREZ Lucie

 

SSV :

  • 1er : le 319 GUINDANI Vincent et NGUYEN Stéphane

  • 2ème : le 309 : MARTIN GOUIN Claude et Estelle

  • 3ème : le 312 COUDERC Gérald et ANTOLINI Lucile

  • 4ème : le 314 LEZAUD Marc et DUFFAR Régine

  • 5ème : le 317 BONNEVIE Loïc et HAMMYS Sophie

  • 6ème : le 311 MADINIER Pierre et Martine

 

QUAD : le 313 COUAPEL Loan

 

MOTO :

  • 1er : le 224 QUEROL UBACH Francesc

  • 2ème : le 212 ARETTE Jean-Bernard

  • 3ème : le 205 PUNGINELLI Christian

  • 4ème : le 219 CARRASCO Raphaël

  • 5ème : le 220 LEFEBVRE Denis

  • 6ème : le 210 FAVRE Laurent

 

FEMININES :

  • 1ère le 424 SIGNER Gabriela

  • 2ème : le 305 FIASSON Isabelle

  • 3ème : le 411 BOTILDE Valérie et CONINGX Patricia

 

CLASSEMENT PAR TEAM :

 

  • 1er : Team Esprit Raid

  • 2ème : Team Mendez

  • 3ème : Team Canaris

  • 4ème : Team Suisse Allemagne

  • 5ème : Team RS Concept

  • 6ème Team Sausack

  • 7ème Team Rois de la frite

  • 8ème : Les commis du désert

     

Il faut retenir que le Raid Passion Désert, même s’il fournit un classement, n’est pas une compétition dans le sens réel du terme et ce palmarès n’est qu’une récompense morale, amicale et sportive aux pilotes qui se sont le plus conformés au kilométrage fournit par le road-book et la clé de référence effectuée quotidiennement par un 4x4 de l’organisation. Aucun enjeu dans ce classement qui n’a que le souhait de pimenter l’expérience.

Nous redoutions de multiplier les soucis mécaniques dans les rangs des 19 SSV mais ils ont été très sages et ce sont les motos qui semblent avoir le plus souffert.

Avant de boucler cette Gazette je tiens à remercier tous les concurrents pour leur fairplay et leur bonne humeur. L’entraide a joué à plusieurs reprises sur le raid, notamment lors des situations de panne ou d’accident ; la solidarité était très présente et c’est important.

Comme les années précédentes, le Passion a utilisé son infrastructure étoffée pour transmettre des actions de soutien et de nombreux dons ont été acheminés dans nos camions : vêtements, chaussures, jouets et fournitures scolaires ont été collectés et remis à Erfoud par l’intermédiaire de Brahim. Nous remercions particulièrement les professeurs et les élèves du Lycée Professionnel de l’Argensol ainsi que le supermarché Géant Casino d’Avignon pour leur implication. 

Une chaine de solidarité a été tendue, une nouvelle fois, entre les hôpitaux français et marocains car l’hôpital de Cavaillon-Lauris a fait don de mobilier hospitalier et l’hôpital d’Arles a généreusement fourni du matériel de chirurgie orthopédique. Toutes ces fournitures bien spécifiques ont été directement remises à l’hôpital d’Erfoud qui transmettra également à celui d’Errachidia afin que le matériel technique soit acheminé auprès des chirurgiens marocains du grand sud. Un grand merci à tous les intervenants.

Nous tenons aussi à exprimer notre sympathie aux entreprises partenaires qui nous soutiennent financièrement ou techniquement tout au long de la préparation de ce Passion Désert. Nous remercions les sponsors de leur participation et nous sommes heureux d’afficher leurs couleurs dans les pages du Carnet de Route et sur notre site internet.

Voilà, dès que le timing me le permettra j’illustrerai ces infos par les nombreuses photos prises au fil de la piste. Pour le moment, une remontée vers Tanger va s’amorcer pour une partie de l’orga qui doit prendre le bateau demain vers Barcelone, le reste du groupe, notamment les camions, va prolonger le séjour de quelques jours pour naviguer vers Sète en fin de semaine.

Les engins pourront être récupérés le weekend du 14 mai, à Mazan.

Nous espérons que l’édition 2017 vous a séduit et que les quelques lignes de cette Gazette vous ont permis de suivre le raid même si les conditions se sont révélées plutôt difficiles, me contraignant à des résumés très courts et parfois décalés.

Des projets sont en cours, l’ébauche du Passion 2018 va germer et nous cogiterons  un parcours encore différent pour nouvelle une aventure, que nous souhaitons toujours plus belle.

À bientôt !

 

Samedi 6 mai

La dixième  étape du Passion 2017 vient d’être bouclée. L’équipe des classements de Jean-Claude, Danielle et Jacqueline vit sa dernière soirée de stress sous la pression des concurrents. Les premières places sont très serrées et le vainqueur n’est pas encore défini.

Les pilotes ont quitté les luxuriants jardins du Palais Salam de Taroudant pour se lancer sur les pistes de l’Atlas. Après El Menizia, un petit goudron a permis le passage d’un col dévoilant une superbe vue sur la plaine de Taroudant. Sur le versant nord, le paysage fut immédiatement différent avec la terre rouge et les arganiers  qui apparurent à la bascule de la cime. Quelques kilomètres routiers étaient sur le road-book autour d’Argana puis le pointage au CP a imposé un arrêt avant de prendre de l’altitude, jusqu’à 2600 m où de grands plateaux très roulants ont lancé les pilotes sur la dernière partie de piste avec une descente sur la plaine de Bou Laouane. De l’avis de la majorité des concurrents, les deux dernières étapes étaient les plus belles, riches en paysages avec des pistes de bonne qualité. Le CP Arrivée enregistrait les pointages après 200 km de spéciale. Une liaison de 100 km était encore nécessaire pour rallier Marrakech où la soirée de clôture se prépare au magnifique hôtel Sangho.

Le chargement des remorques va commencer, certains participants et membres de l’organisation vont prendre l’avion à l’aube et tout doit être prêt pour le trajet retour.

Demain je vous communiquerai le classement et les infos sur cette soirée festive. Il fait beau et chaud sur Marrakech, beaucoup sont dans la piscine, d’autres arpentent les ruelles commerçantes de la médina.

Le dernier briefing va rassembler tout le monde dans la salle de conférence et la remise des prix va dévoiler le cru des Passionnés 2017.

À demain !

Vendredi 5 mai

Le vent de sable qui soufflait très fort hier après-midi s’est heureusement affaibli en soirée, permettant de profiter des banquettes et tapis berbères sous les étoiles marocaines.

Certains équipages de l’orga s’étaient rendus en bivouac sur l’itinéraire afin d’être en poste pour cette longue et avant-dernière étape, d’autres sont partis aux premières lueurs du jour alors que le parc coureur sortait tout juste du sommeil. Le départ a été donné à 7 h et le Passion s’est dirigé plein nord pour attaquer son retour par la traversée de grands plateaux. La pause-café s’est déroulée au pied des collines ocre des Djebels striés du Haut Atlas, à mi-parcours d’une piste large et très roulante sur 30 km où la poussière soulevée demandait la plus grande prudence. La fraîcheur a été ressentie au creux des gorges sinueuses d’Aït Mansour où une étroite route serpente entre palmiers, figuiers, amandiers et lauriers en fleurs. Une petite liaison permettait de rejoindre Tafraoute par le site des rochers peints, curiosité réalisée par un artiste Belge, avant d’effectuer le plein de carburant (avec difficulté pour certains concurrents) et de pointer au CP en sortie de ville.  

Les appareils photos n’ont pas chômé, de nombreux village en pisé ont été traversés et cette région riche en « agadir » (grenier à grain) dévoile une architecture particulière et des paysages magnifiques. Les pilotes ont dû ensuite montrer une grande vigilance pour enrouler les 6 km d’une descente en lacets dévoilant une vue plonge       ante sur un canyon vertigineux.

L’immense plaine de l’oued Souss a été atteinte en début d’après-midi pour les plus rapides, mais le CP Arrivée est toujours en pleine activité sur le parking du luxueux Palais Salam, hôtel de charme construit dans les remparts fortifiés de Taroudant.

À l’heure de la rédaction, beaucoup de concurrents sont encore sur le circuit.

Message personnel de la part de la sympathique Lucie Perez, copilote d’Alain Diaz en 4x4 n° 420 : « Maman fait un gros câlin à Maëlie et Alain fait un bisou à Martine. »

 

Jeudi 4 mai

Grasse matinée pour les pilotes ! Le départ a été donné à 9 h pour le huit de 230 km de l’étape 8. Mais au total, 26 concurrents n’ont pas pointé, la plupart pour raison mécanique. Certains ont rallié Taroudant et espèrent reprendre le circuit pour l’avant-dernière étape, d’autres sont allés directement à Marrakech et d’autres encore ont trouvé une place dans des équipages 4x4 où la cohabitation a satisfait tout le monde.

Les premiers km ont nécessité une navigation fine avec de bons passages au cap où chacun a fait sa trace avant de serrer vers la passe du Djebel Bani et de continuer sur sa face nord jusqu’au CP 1, stratégiquement positionné à l’auberge Bjor Birhamane. Une petite boucle apéritive pour les premiers et digestive pour les retardataires a tourné autour de ce point central jusqu’en début d’après-midi. Le retour a réservé la surprise d’un pilotage précis dans un fond d’oued très étroit avant un retour sur Akka par la piste du Dakar et quelques tronçons sablonneux. Les derniers km étaient un peu plus cassants mais le CP Arrivée  enregistre tout le monde.

Une dernière soirée berbère est au programme, pour le moment il fait encore 40°c avec un violent vent de sable, nous espérons qu’il va se calmer. Les conditions ne sont pas très favorables et même l’envoi de cet édito est périlleux.

 

Mercredi 3 mai, suite.

Les pilotes ont pris le départ de cette longue étape pour 340 km sud-ouest. La première partie sillonnait sur les crêtes caillouteuses du Djebel Amergou et dévoilait les méandres des mines de cuivre et le terrain d’aviation de Bleida. Les oscars 06 et 12, François et Pierre, Anita et Gégé ont mis en place un CP de compétition qui pointait les concurrents avant qu’ils attaquent la piste au nord de Foum Zguid. Une petite liaison routière permettait le ravitaillement à Tata où les terrasses ombragées étaient bien appréciées car à la mi-journée, le thermomètre a dépassé les 40 °c et le vent de sable était suffocant.  

Le dernier tronçon empruntait la piste du Dakar en traversant quelques petites palmeraies avant d’amener tout le monde à Akka pour un bivouac au camping communal.

Les pneus ont souffert car les cailloux marocains sont sournois, les visages sont rougis et les traits tirés mais l’aventure continue.

Soirée berbère au programme et petite boucle pour demain, tranquille !

 

Mercredi 3 mai

Au petit matin et avant le départ de l’étape 7, je viens faire le point sur les infos-raid des deux derniers jours.

L’étape 5, a quitté Erfoud par l’ouest de Rissani et une halte était prévue au pied d’un plateau tabulaire sur lequel chacun a pu monter et observer le magnifique panorama sur la plaine alentours. Puis, avant d’arriver au CP-café, un erg de dunettes a dévoilé quelques surprises et demandé beaucoup d’effort à certains pour en sortir. Après quelques kilomètres de piste, c’est l’erg d’Ouzina qui attendait les concurrents et les deux cordons ont été passés sans problème. Ceux qui étaient saturés de dunes ont pu suivre la piste de Taouz, en bordure des bosses. Tout le monde s’est retrouvé au CP1, à Remilia pour savourer un peu d’ombre et une omelette Berbère qui tombait bien. L’itinéraire lézardait ensuite dans le fech-fech poudreux de l’oued Rheris et le pilotage dans la farine n’est pas le truc le plus agréable qu’il soit mais voilà, il fait aussi partie du jeu. La piste remontait ensuite la barrière du Djebel pour s’infiltrer dans la passe de Marech au paysage de carte postale avec son oasis, ses palmiers et lauriers fleuris.  

Deux équipages 4x4 et un pick up de l’organisation ont connu des problèmes mécaniques, réparés sur le bord de la piste. Un autre a choisi un retour prudent par la route mais l’équipe de fermeture est du coup rentrée à la nuit et c’est à la lumière des phares que le CP Arrivée a pointé les derniers.

Un magnifique bivouac était monté au nord du petit village de Tafraout et l’ambiance « Mille et une nuit » était respectée : tentes caïdales, tapis berbères au sol, lanternes, photophores et petits salons sous les étoiles.

Le début de l’étape 6 s’est fait au cap, en hors-piste sur plusieurs tronçons  et la navigation était intéressante. La traversée puis la descente de l’oued Tarbalt a permis une jolie vue sur les cultures étagées et les petits jardins. Sur la dernière partie, la piste était plus cassante mais les paysages toujours au rendez-vous. L’arrivée sur Zagora à travers les cultures de pastèques a dirigé les pilotes vers l’hôtel Redda où la piscine les attendait. Mais l’activité la plus importante était concentrée dans la rue des mécanos où les petits et gros bobos étaient pris en charge avec frénésie. L’arrivée du raid représente la grosse attraction du moment. Thé à la menthe pour patienter, visite des boutiques où l’artisanat est mis en avant et les bijoux berbères sortis de petits coffres en bois d’Ebène dans lequel on vous laisse fouiller jusqu’à dénicher le trésor d’Ali Baba.

Certains remaniements ont eu lieu sur les listes des engagés : nous souhaitons un bon rétablissement à notre ami Grégory Pottier n° 211 ainsi qu’à Jacques Carlier le 233, les deux motards malchanceux des dunes de Merzouga. Le 235, motard portugais déjà cité est passé copilote 4x4, Saber Melliani, motard 248 et Yann Lechartier 4x4 n° 235 avec son fils Louis ont quitté les rangs du Passion pour accompagner leur ami Greg, le team Mendez a le cœur gros mais tout est en bonne voie et les copains sont soudés. Deux autres motards ont été victimes d’avarie et cohabitent maintenant dans les équipages 4x4, Eric Chene le 236 et Klaus Meyer le 231. La pilote féminine, Marion Andrieu, du 4x4 n° 430 a dû abandonner et la famille Andres des deux équipages 402 et 403 a quitté le raid mais pour eux, c’était prévu.

Il reste quatre étapes, aujourd’hui le Passion se dirige plein ouest jusqu’à Akka où nous passerons deux jours en bivouac avec une boucle au milieu, je ne garantis pas les meilleures conditions de transmission d’information. Certains pilotes parviennent à se connecter et envoyer des photos, nous les en remercions. Nous venons d’ajouter une quarantaine de photos sur le site et ferons notre possible pour la suite.

Allez, direction Akka en passant par Foum Zguid et Tata, à bientôt.

 

Mardi 2 mai

Le Passion est à Zagora, capitale du grand sud. Hier nous étions en bivouac au milieu de rien et comme je le craignais, les infos n’ont pu être envoyées.

Le parc coureur ronronne et tout le monde s’agite, les machines ont souffert sur les pistes du Tafilalet et les mécaniciens sont aux commandes.

Demain l’itinéraire se dirige vers l’ouest pour deux jours de bivouac mais avant de partir pour Akka, je mettrai une Gazette plus détaillée, là, je dois aller glaner les scoops du jour. Rien de méchant il me semble mais plusieurs motos sont chargées sur les remorques de l’orga, signe que pour certains l’aventure sur deux roues est terminée.

La chaleur est là, il a fait autour de 32 °c cet après-midi et même 43°c hier dans les dunes d’Ouzina et nous vous envoyons quelques degrés en soutien.   

 

Dimanche 30 avril

Jeux de sable …

Réveil matinal et Top Départ sous le porche de l’hôtel El Ati à 7 heures tapantes, le ciel était dégagé et, de peur de s’attirer le mauvais sort, personne n’osait prononcer la phrase : « Le vent semble s’être calmé …» Mais, une heure plus tard, au pied des dunes, le sable volait déjà et la journée s’annonçait difficile.

Au programme de cette étape 4, une grande boucle dans l’erg Chebbi : des dunettes en entrée, pour une petite mise en forme jusqu’au château d’eau de Merzouga puis la remontée du cordon dans le sens nord-est jusqu’à un CP5 positionné devant l’auberge Yasmina avec un dernier tronçon de dunes courtes et serrées avant un fond d’oued sablonneux et plutôt mou, furent au menu.

À 11 h les premiers motards pointaient au CP Arrivée judicieusement installé à la Kasbah Saïd de notre ami Brahim. Les tajines Kefta crépitaient sur les fourneaux et par petits groupes, les concurrents se sont installés sur les terrasses ombragées. Ils sont fatigués, poussiéreux, les visages sont un peu tirés et rougis mais tous semblent contents.

Pour les 4x4, la plupart n’ont fait que la première section mais les sensations étaient bien présentes.

On dénombre quand même plusieurs coups de chaud rapidement pris en charge par nos équipes médicales ainsi que quelques caprices mécaniques qui vont animer la soirée autour du camion atelier.

On me demande des nouvelles des motards 226 et 228, je ne relève pas de problème particulier de leur côté mais j’irai à la pêche aux infos.

Demain, le Passion s’enfonce encore au sud et sera en bivouac à côté du petit village de Tafraout.

 

Petit message de la part de Philippe et Léo à l’attention de Marion et Pierre : Plein de gros bisous !

 

Samedi 29 avril

Recevez toutes mes excuses pour la Gazette d’hier, elle était rédigée au fil de la piste, comme d’habitude mais un concours de circonstances négatives a empêché sa diffusion : une arrivée d’étape plutôt tardive suivie d’un cafouillage dans les réservations de chambres qui s’est compliqué d’orages violents interdisant une installation de fortune sur le parc coureur.  Puis au final, la wifi de l’hôtel ne fonctionnait pas et la 3G bégayait péniblement … donc, je reprends l’édito d’hier en le complétant des infos du jour !

Vendredi, la deuxième étape a démarré par une petite liaison routière afin de quitter Fès et d’attaquer les pistes sur un passage de navigation au cap entre les cultures.

Saber Melliani, motard 248, a pu réparer et prendre le départ mais il a déclenché l’alerte mécanique de sa balise à la case 66. Il a ensuite poursuivi après l’intervention de Cyril, le talentueux Chaum’System mais le reste de la journée fut plutôt chaotique et ses copains, Maurice Hamou n°215 et Laurent Jean n° 227 ne l’ont pas lâché.

Deux concurrents ont choisi l’option d’effectuer l’étape par la route, hors classement.

Notre ami Portugais, Ricardo Rafael, motard 235 a subi des ennuis mécaniques, sa moto a été chargée au CP 2 sur la remorque balai et lui a fini l’étape comme copilote d’Olivier Medina 4x4 n° 418, bien sympa.

Le reste de la troupe a enchaîné les pistes forestières qui traversent les épaisses cédraies et chênaies aux abords d’Ifrane et Azrou avant de sillonner les grands plateaux roulants au nord de Timadhite, à 1800 m d’altitude. La dernière partie de l’étape fut un peu poussiéreuse sur les slaloms d’une piste parfois sablonneuse où de nombreuses ravines rendaient la vigilance nécessaire.

La variété de paysages, de couleurs et de styles de conduite semble convenir car sur le CP arrivée, les commentaires étaient largement positifs.

Le vent s’est invité sur cette deuxième étape qui s’est terminée par de violents orages et des températures nettement rafraîchies.

Aujourd’hui, la troisième étape a dirigé le Passion de Midelt à Erfoud. Les quarante premiers kilomètres étaient sur goudron puis le tout-terrain a démarré à la case 10 du road-book, par une piste plein Est. Les grosses pluies d’hier soir ne sont malheureusement pas venues arroser l’itinéraire au-delà de cette liaison et les pilotes ont dû affronter une épaisse poussière durant toute la première partie, le long de la barrière nord du Djebel Aouia. Une montée à 2100 m d’altitude, le CP1 judicieusement placé à Gourama pour satisfaire le ravitaillement, des passages plus lents entre les Djebels du Haut Atlas puis une descente plein sud vers la plaine d’Errachidia attendaient les concurrents. Le dernier tronçon de piste s’est révélé plus roulant avec des passages en fond d’oued avant de revenir vers la vallée du Ziz et de rallier Erfoud par quelques kilomètres routiers.

Le CP Arrivée est toujours sous l’effervescence des pointages mais tout le monde semble satisfait de cette troisième étape qui est accueillie par la chaleur de l’hospitalité berbère et des 32 °c du thermomètre. Le vent est toujours là, poussant d’épais nuages.

Demain sera la grande étape des dunes et une belle boucle dans le sable attend les pilotes, je vous raconterai…

 

Jeudi 27 avril : Assilah – Fès

 

Le TOP-Départ du Passion 2017 a lâché la première moto sur l’étape 1 dès  7 h du matin car le parcours s’annonçait un peu long, mais tous les pilotes étaient au rendez-vous malgré une nuit un peu courte.

Le malchanceux du jour est le motard 248, Saber Melliani, inscrit in extremis mais victime de problèmes mécaniques. Sa moto a bien franchi l’arche de départ mais s’est stoppée quelques mètres plus loin. Acheminé jusqu’à Fès, Saber a bon espoir de réparer et d’être sur la ligne demain matin.  

Tous les autres pilotes ont avalé les 354 km de cette mise en bouche (un peu costaud) et ce soir, ils semblent majoritairement satisfaits de l’itinéraire. Toutes les motos, le quad et tous les SSV ont pointé au CP arrivée ainsi qu’une dizaine de 4x4 mais un bon nombre d’équipages de la catégorie auto est encore sur la piste. La journée a été intense : une succession de vallons pour franchir la barrière du Rif sur une alternance de pistes forestières et de petits goudrons. La pause-café-biscuits du CP 1 a été bien appréciée. La vue panoramique sur l’impressionnante Chefchaouen, la ville bleue au passé Andalou était au programme ainsi qu’un passage à 1800 m d’altitude où la température n’était que de 5 °c avec la neige en vue, puis juste avant le CP 2, un bon rinçage dans un oued rafraîchissant avant de subir une élévation en température jusqu’aux suffocants 38°c de Fès.

Ce soir, certains sont allés arpenter les ruelles bourdonnantes de la médina de Fès,  deuxième plus grande ville du Maroc et faisant partie des quatre villes impériales du Royaume, considérée d’ailleurs comme sa capitale culturelle et spirituelle. D’autres se détendent dans la magnifique piscine, d’autres discutent autour des véhicules et de la caravane-buvette et les derniers encore sur le parcours ne vont pas tarder, nous surveillons leur progression. L’équipe de fermeture les pousse gentiment vers l’arrivée …

Une première étape riche en sensations, un peu fatigante pour certains mais heureusement alléchante pour le plus grand nombre de participants.

Demain, départ pour le passage du Moyen Atlas et ses forêts de Cèdres, encore un beau programme en perspective. Avant cela, tout le raid va profiter du confort  luxueux du Zalagh Palace pour une soirée de détente.

 

Petits messages personnels, les intéressés se reconnaîtront :

  • De la part de Pierre le Tourangeau : « Un petit bonjour aux Archers de Saint Avertin, Éric et Marie, sans oublier ma petite femme ! Bisous »

     

  • Gros bisous à la lectrice australienne qui suit cette gazette avec attention !

     

  • Bisous également à Clara et David, Régine, Sylvie, Loïs et Bastien ainsi qu’aux amis qui de loin, suivent notre Raid et nous envoient leurs chaleureux messages.  En retour, recevez nos meilleures pensées.

     

     

Mercredi 26 avril

 

La résidence Briech à Assilah, sur la côte nord-ouest du Maroc, accueille les Passionnés 2017 qui arrivent progressivement et rejoignent les membres de l’organisation, en place depuis deux jours. Hier, un grand bivouac s’est improvisé et l’équipe de l’orga a servi grillades, salades, frites et même des pizzas-maison aux cent convives rassemblés par des discussions techniques et l’échange de conseils affutés. Aujourd’hui, les pilotes procèdent à leur enregistrement administratif et s’adonnent aux derniers préparatifs. Le parc coureur frissonne et la pression monte, les malles sont ouvertes, les Terratrip fixés et calibrés, les pleins de carburant et réserves d’eau sont vérifiés. Au total, 220 personnes vont écrire l’histoire de ce 13ème Passion Désert.

 

Comme les années précédentes, l’équipe organisatrice est issue de deux structures complémentaires : l’agence Sud Expé de Chantal et Christian Beilles, de Martigues et l’association Sud Raids Aventures, de Mazan. Sud Expé gère la partie administrative de l’épreuve et Sud Raids Aventures (SRA) en assume la coordination technique et logistique.

 

Nous mettons en œuvre un savoir-faire affiné au fil des années et les compétences de chacun sont mises à profit pour proposer une aventure sportive et amicale qui séduit autant les participants que les organisateurs. Le nombre d’inscrits en est la preuve.

 

Le Passion 2017 a pris forme dès les reconnaissances d’octobre où une équipe soudée autour de Yves Chaumard a préparé minutieusement chacune des dix étapes afin de réaliser un parcours varié sur les belles pistes marocaines.

 

Au total, 50 motos, 19 SSV et quads, 34 équipages 4x4, 2 véhicules d’assistance privée, 5 pick-up et 19 4x4 de l’organisation dont 6 véhicules médicalisés  vont prendre le départ.

 

Les 8 fourgons du raid, équipés de remorques, assurent le transport de tout le matériel à chaque étape sans oublier la désormais célèbre « caravane-buvette », lieu de rassemblement obligatoire où les friteuses et pompes à bière sont déjà en fonction. (Les jus de fruits sont également au frais)

 

Cette année encore, nous avons renouvelé les projets scolaires avec le Lycée Professionnel de l’Argensol d’Orange qui nous a confié une équipe constituée de quatre jeunes élèves en BAC Pro mécanique Auto et Moto avec leurs deux professeurs. Un second partenariat est lui aussi reconduit avec l’école d’Ostéopahie d’Avignon (IFOGA) dont nous accueillons les quatre meilleurs étudiants de la promo 2012-2017. Bienvenue à ces jeunes baroudeurs qui vont découvrir le Maroc à travers la vie du raid. Nous les remercions par avance de leur implication dans l’équipe d’orga. Les pilotes apprécieront les interventions ostéopathiques, aussi bien préventives que curatives pendant que les mécanos bichonneront les machines dont les petits bobos sont assez fréquents.

 

Côté participants, de nombreux anciens sont à nouveau à nos côtés et beaucoup de petits nouveaux sont venus tester l’aventure, à tous, nous souhaitons la bienvenue !

 

À 20 heures, Yves et Christian déclareront ouvert le 13ème Raid Passion Désert, la grande soirée d’ouverture se prépare et le parc coureur vibre déjà de l’effervescence des grands jours !

 

 

Jeudi 20 avril.

Bienvenue sur les premières lignes de la nouvelle Gazette. Ce petit journal relatera la vie du Passion, au plus près des évènements, n’hésitez pas à laisser vos commentaires ou messages à destination des pilotes ou membres de l’organisation via notre page Facebook (Sud Raids Aventures). Je vous remercie par avance de votre lecture, enrichie de votre indulgence en cas de retard dans la transmission des informations. La connexion n’étant pas toujours au rendez-vous et les impératifs du raid étant prioritaires, cette page sera mise à jour dans le feu de l’action. Merci de votre compréhension.

Après de longs mois de gestation, de studieuses cogitations et de recherches pointues lors des reconnaissances, l’affinage dans la préparation logistique et technique touche à son but et nous sommes heureux de vous présenter le nouveau cru :

La grande caravane du Raid Passion Désert 2017 frétille d’impatience !

Les 7 camions et les 18 remorques sont chargés ! Les fourgons et les 4x4 de l’organisation, garnis de leur précieux chargement vont prendre la route de Sète et installer le premier bivouac du raid sur l’esplanade du port pour un embarquement demain, au petit matin.

La soirée s’annonce festive avec une chaleureuse réception préparée par notre ami Fred de L’atelier des Voyages. La nuit sera sûrement courte mais les deux jours de mer qui vont suivre permettront la récupération et le peaufinage des derniers détails.

Après une escale à Nador, le convoi débarquera dimanche à Tanger pour se rendre à Assilah, ville Départ de l’édition 2017.

Nous installerons le camp de base face à l’océan, dans la confortable résidence Briech où nous accueillerons avec grand plaisir tous nos concurrents et sympathisants.

Bonne fin de préparatifs à tous, bonne route pour les 4x4 qui vont rallier le Maroc indépendamment et pour tous les autres… ne ratez pas l’avion !

À très bientôt !

 

 

Le compte Facebook de SRA La chaine Youtube de SRA La chaine Dailymotion de SRA